Logo Europe Direct

Sommet de Versailles, pourparlers en Turquie : le conflit en Ukraine au cœur des préoccupations diplomatiques

Alors que la France accueille ses partenaires européens pour aborder notamment les dossiers portant sur l’énergie et la défense, Russes et Ukrainiens se retrouvent ce jeudi à Antalya pour de nouveaux pourparlers sous l’égide de la Turquie.

Le château de Versailles “a été imaginé par les rois de France pour impressionner le monde, pourtant lors de la Révolution française il est devenu un symbole manifeste des échecs de la monarchie”, souligne avec ironie Katya Adler pour la BBC. Alors que les Vingt-Sept se retrouvent dès aujourd’hui pour un sommet informel de deux jours sous les ors de la résidence de Louis XIV, les dirigeants européens espèrent “afficher une image d’unité face à l’agression russe en Ukraine”, poursuit le média public britannique.

Ce sommet “était censé être le moment clé de la présidence française du Conseil de l’UE”, rappelle Politico, avec pour objectif de parler d’un “nouveau modèle de croissance” dans l’Union. Mais, avec la guerre, “il s’est transformé en un débat sur l’avenir de la politique militaire et énergétique européenne et, bien évidemment, sur l’argent qui va avec”, note le journal en ligne. Politico a réussi à se procurer “une version provisoire de la déclaration qu’ils doivent signer à la fin du sommet”.  Elle définit trois objectifs : se mettre d’accord sur l’augmentation sensible des dépenses de défense, s’affranchir des énergies fossiles russes et adapter les règles européennes sur la dette publique à la situation géopolitique.

Autonomie en matière de défense

C’est donc bien l’Europe de la défense qui revient sur le devant de la scène. Des experts affirment d’ailleurs la nécessité d’aller plus loin dans ce domaine. C’est le cas de Dominique David, spécialiste de l’Europe à l’Institut français des relations internationales (Ifri) qui pousse les Etats membres, dans Le Parisien, à “être plus unis [en matière de défense] pour que l’Otan ne reste pas une structure dominée par les Etats-Unis.”

A ce sujet, Politico revient sur l’imbroglio entre Varsovie et Washington portant sur les avions de combat à livrer à l’Ukraine. La Pologne a proposé aux Etats-Unis de leur envoyer, sur leur base aérienne située en Allemagne, “28 avions de chasse MiG-29” pour qu’ils les transfèrent eux-mêmes à Kiev. Refus américain. Un cafouillage qui provoque de “ ‘profondes inquiétudes’ au sein de l’Alliance”, note le journal en ligne.

Mais il est évident que “la guerre en Ukraine a changé la donne” [La Repubblica]. Si le sujet avance peu depuis des années, la boussole stratégique européenne “a subi des corrections drastiques ces derniers jours”, avance le quotidien italien. Selon le journal, cela pourrait accélérer la mise en place de “forces armées communes […] dès 2023”. Présenté en novembre dernier aux ministres des Affaires étrangères et de la Défense, ce “livre blanc” doit être adopté lors du Conseil européen des 24 et 25 mars.

Nouvelles sanctions

L’unité européenne affichée au sommet de Versailles se lira surtout dans un nouveau tour de vis commun adopté ce mercredi. A la suite d’une réunion des représentants des Etats membres, la présidence française a annoncé hier “de nouvelles sanctions contre la Russie et la Biélorussie”, fait savoir L’Obs. Elles actent notamment le débranchement de “trois banques biélorusses de la plateforme financière Swift”.

Mais l’UE allonge également la liste noire des personnalités russes et biélorusses, “interdites d’entrée dans l’UE et dont les avoirs sont gelés”, ajoute Le Figaro. Elle concerne “quatorze oligarques et hommes d’affaires impliqués dans des secteurs clé de l’économie russe […] ainsi que 146 membres du Conseil de la Fédération de Russie. [Soit] au total 862 personnes et 53 entités”, explique le quotidien.

Lire la suite sur www.touteleurope.eu

 

Cours de groupe / E-learning
2021/2022

L’adhésion annuelle à l’association 19 € et 10 € pour les demandeurs d’emploi, est nécessaire pour toute inscription ou cours à un atelier.

E-learning / Blended learning

  • Face à face pédagogique à distance avec exercices en ligne :
    Sur devis
  • Accès seulement aux exercices en illimité
    100 € pour 6 mois
  • Plateforme de préparation pour les tests
    Forfait de 75€ par test et par langue. Accès illimité pendant 6 mois

LES TARIFS
2021/2022

Adhésion annuelle : 19 € – Demandeurs d’emploi : 10 €

Cours annuels (sauf japonais et Allemand) Cours annuels en japonais

 

 

Japonais et Allemand

Forfait 353.60€*/an (soit 6.80 €/h) pour un module de 52h, et en complément pour l’anglais, le FLE business, l’Espagnol, le Portugais, le Russe et l’Italien, un accès en illimité à des exercices en ligne : 100 € pour 6 mois.

Forfait 285.60€*/an (soit 6.80 €/h) pour un module de 42h, *avec possibilité de paiements échelonnés.
Cours trimestriels pour le Français Langue EtrangèreForfait 272 € (soit 6.80 €/h) pour un module de 40h, avec possibilité de paiements échelonnés.
Stages à thèmeForfait 144€ Stage Japonais/manga : module de 12h sur quatre jours. Atelier de peinture en anglais : module de 12h – 6 séances de 2h.
Cours de conversation en ligne  (seulement anglais et espagnol )Forfait de 68€ /module de 10 h. 1 module par trimestre entre les mois d’octobre et juin.

Cours individuels 

devis sur demande. 

E-Learning/ Blended-Learning

*Face à face pédagogique à distance avec exercices en ligne illimités : Sur devis

*Accès seulement aux exercices en illimité : 100€ pour 6 mois
Plateforme de prépa-ration pour les testsForfait de 75€ par test et par langue. Accès illimité pendant 6 mois.
Les supports pédagogiques sont à la charge du stagiaire.