Tout savoir sur la Roumanie, pays à la présidence du Conseil de l'Union européenne à partir de janvier 2019. En savoir plus ici

Publié le Mercredi 9 janvier 2019

Capitale : Bucarest

    Superficie : 238 391 Km² - (Eurostat - 2013)

    Population : 19,52 millions (Eurostat - 2018)

    Date d'adhésion : 2007

La politique

La Roumanie (România) est une République dotée d’un parlement bicaméral. Le pays est membre du Conseil de l’Europe (1993) et de l’OTAN (2003).

Membre de l'Union européenne depuis 2007, le pays est dirigé depuis en alternance par la droite (Parti national libéral, PNL) et la gauche (Parti social-démocrate, PSD), à l'exception de deux périodes au cours desquelles un Premier ministre indépendant a occupé le pouvoir : entre février et mai 2012 d'abord, puis de novembre 2015 à janvier 2017.

L'actuel président roumain est Klaus Iohannis (PNL) depuis l'élection de novembre 2014, prenant la succession de Traian Bacescu. Les Premiers ministres ont été, successivement, le socialiste Victor Ponta, démissionnaire en novembre 2015 à la suite d'un vaste scandale de corruption et d'évasion fiscale ainsi que de l'incendie meurtrier d'une discothèque à Bucarest, et l'indépendant Dacian Ciolos, jusqu'en janvier 2017. Ancien commissaire européen à l'Agriculture, M. Ciolos avait été nommé à la tête d'un gouvernement de transition.

Le 11 décembre 2016, un an après avoir été écartés du pouvoir, les sociaux-démocrates (PSD) remportent largement les élections législatives, avec 45,48% des voix. Ils devancent nettement le Parti national libéral, qui n'obtient que 20,04% des suffrages. Le président du PSD, Liviu Dragnea, ne devient toutefois pas Premier ministre en raison de sa condamnation à 2 ans de prison avec sursis pour fraude électorale en avril 2016. M. Dragnea choisit alors Sorin Grindeanu pour prendre la tête du gouvernement. Ce dernier ne restera à ce poste que 6 mois, en raison principalement de la montée de l'hostilité de l'opinion publique vis-à-vis de plusieurs textes de nature à limiter la lutte contre la corruption. Le Parti social-démocrate roumain et Liviu Dragnea choisissent alors Mihai Tudose, jusqu'ici ministre de l'Economie, pour le poste de Premier ministre. M. Tudose, dont la réputation est entachée d'une affaire de plagiat lors de l'écriture de sa thèse, ne restera lui-même que 6 mois à la tête de l'exécutif. Il démissionne le 15 janvier 2018 en raison d'un conflit avec Liviu Dragnea. Après un court intérim, c'est Viorica Dancila, députée européenne, qui devient Première ministre, fait inédit pour une femme en Roumanie. Comme les précédents, son gouvernement est majoritairement composé de proches de M. Dragnea.

Le pays et l'UE

Le 22 juin 1995, le pays dépose sa candidature formelle à l’adhésion à l'UE. Les négociations n’ont cependant été ouvertes qu’après le Conseil européen d’Helsinki (1999). Après avoir été écartée de la première vague d’adhésion par le Conseil européen de Laeken (2001), celui tenu en 2004 souligne les efforts et progrès réalisés par le pays. Un traité d'adhésion est signé à Luxembourg le 25 avril 2005, à l'issue des négociations et après un avis favorable du Parlement européen donné le 13 avril.

La Commission européenne confirme en octobre 2005 que la Roumanie remplit les conditions politiques pour entrer dans l’UE, malgré des efforts à accomplir pour renforcer l’Etat de droit (lutte contre la corruption, système judiciaire, capacité administrative, protection des minorités). Finalement, le 26 septembre 2006, la Commission rend un avis favorable pour l'entrée de la Roumanie dans l'UE dès 2007. Assortie de "mesures d'accompagnement", l'adhésion du pays est effective au 1er janvier 2007.

Lire la suite

[Source : touteleurope.eu]

Laisser un commentaire
Abonnez-vous gratuitement à la newsletter
L'Europe progresse, progressez avec elle en restant connecté.