Logo Europe Direct

La Commission européenne confirme le label « vert » pour le nucléaire et le gaz

L’exécutif européen a précisé, mercredi 2 février, les conditions qui permettront à ces énergies d’être incluses dans sa “taxonomie verte”. Le projet vise à orienter les investissements vers les activités participant à la lutte contre le changement climatique.

“Feu vert européen au nucléaire et au gaz”, titre Le Soir, mercredi 2 février, après le nouveau vote de la Commission européenne sur le projet de taxonomie verte. “’L’acte délégué’ adopté après un vote – procédure inhabituelle – inclut le gaz naturel fossile et le nucléaire dans les énergies ‘de transition’, que l’on pourra utiliser pour arriver à la neutralité carbone en 2050”, précise le journal belge.

“La taxonomie est l’instrument choisi par la Commission pour indiquer aux investisseurs les activités qui peuvent être qualifiées de durables”, explique El País. Un nouveau label “vert” “susceptible d’attirer des investissements de plusieurs milliards d’euros”, ajoute Courrier international. Car la Commission évalue les besoins financiers de la “transition écologique à 520 milliards d’euros d’ici 2050, dont la majorité issue de capitaux privés”, rappelle Politico.

Or, selon le média en ligne, la version du texte adoptée hier “est encore plus laxiste sur les énergies controversées” que le premier projet présenté en décembre. Ce dernier aurait notamment “exigé des usines la preuve qu’elles passaient par étapes à du gaz plus propre – une part de 30 % d’ici à 2026 et de 55 % d’ici 2030 – mais des pays politiquement puissants comme l’Allemagne se sont plaints de ces exigences trop onéreuses” [Politico].

Avec cette révision, les nouvelles centrales nucléaires devront justifier d’un permis de construire antérieur à 2045 pour obtenir ce label “vert”. Pour “les centrales à gaz, c’est un seuil de 270 grammes de CO2 par kilowattheure qui a été retenu – pour celles qui obtiennent leur permis de construire avant fin 2030. Puis le plafond tombera à 100 grammes”, poursuit La Croix.

Divisions

Mais cette décision “imparfaite”, selon les mots de la commissaire européenne chargée du projet elle-même, Mairead McGuinness, suscite des oppositions [Politico]. Rien qu’au sein de l’exécutif européen, le texte n’a pas fait l’unanimité. “Le commissaire européen au budget Johannes Hahn, la commissaire à la cohésion et aux réformes Elisa Ferreira et le commissaire à l’action extérieure Josep Borrell ont voté contre” [Politico]. C’est cette division durable sur le sujet qui a forcé le collège de commissaires à “procéder à un vote avant de faire cette annonce”, souligne la Deutsche Welle.

Au niveau des Etats membres, un groupe de pays parmi lesquels l’Allemagne, l’Autriche et le Luxembourg, a bataillé pour “exclure l’atome”, relate Le Monde. Tandis que l’Autriche, “le Danemark, les Pays-Bas et la Suède ont contesté le label ‘vert’ pour le gaz dans une lettre commune”.

Si le Luxembourg y réfléchit encore, l’Autriche a été la première à afficher son “intention d’engager une action en justice” contre la décision de la Commission, annonce Ouest-France. “Nous allons préparer le terrain juridiquement dans les prochaines semaines et si cette taxonomie prend effet, alors nous lancerons une procédure devant la Cour de justice de l’UE”, a annoncé hier sa ministre de l’Environnement, Leonore Gewessler, citée par le quotidien. Le pays a la particularité “d’avoir interdit en 1978 l’exploitation de l’énergie nucléaire, une mesure élevée au rang de principe constitutionnel en 1999”, note Le Parisien.

Colère des écologistes

Les associations et ONG écologistes sont également très critiques du texte. “On a in fine une proposition qui n’est pas alignée avec la science, qui fait pire que le marché actuel et qui est à la traîne derrière plusieurs autres taxonomies développées dans d’autres régions”, déplore ainsi Sébastien Godinot, membre de WWF [Europe 1].

Lire la suite sur touteleurope.eu

 

Cours de groupe / E-learning
2021/2022

L’adhésion annuelle à l’association 19 € et 10 € pour les demandeurs d’emploi, est nécessaire pour toute inscription ou cours à un atelier.

E-learning / Blended learning

  • Face à face pédagogique à distance avec exercices en ligne :
    Sur devis
  • Accès seulement aux exercices en illimité
    100 € pour 6 mois
  • Plateforme de préparation pour les tests
    Forfait de 75€ par test et par langue. Accès illimité pendant 6 mois

LES TARIFS
2021/2022

Adhésion annuelle : 19 € – Demandeurs d’emploi : 10 €

Cours annuels (sauf japonais et Allemand) Cours annuels en japonais

 

 

Japonais et Allemand

Forfait 353.60€*/an (soit 6.80 €/h) pour un module de 52h, et en complément pour l’anglais, le FLE business, l’Espagnol, le Portugais, le Russe et l’Italien, un accès en illimité à des exercices en ligne : 100 € pour 6 mois.

Forfait 285.60€*/an (soit 6.80 €/h) pour un module de 42h, *avec possibilité de paiements échelonnés.
Cours trimestriels pour le Français Langue EtrangèreForfait 272 € (soit 6.80 €/h) pour un module de 40h, avec possibilité de paiements échelonnés.
Stages à thèmeForfait 144€ Stage Japonais/manga : module de 12h sur quatre jours. Atelier de peinture en anglais : module de 12h – 6 séances de 2h.
Cours de conversation en ligne  (seulement anglais et espagnol )Forfait de 68€ /module de 10 h. 1 module par trimestre entre les mois d’octobre et juin.

Cours individuels 

devis sur demande. 

E-Learning/ Blended-Learning

*Face à face pédagogique à distance avec exercices en ligne illimités : Sur devis

*Accès seulement aux exercices en illimité : 100€ pour 6 mois
Plateforme de prépa-ration pour les testsForfait de 75€ par test et par langue. Accès illimité pendant 6 mois.
Les supports pédagogiques sont à la charge du stagiaire.