[ACTU EUROPE] Évolution de l'emploi et de la situation sociale en Europe: le rapport 2019 montre que la lutte contre le changement climatique peut être un facteur de croissance et d'emploi

Publié le Jeudi 4 juillet 2019
L'image est libérée de droits d'auteur sous Creative Commons CC0. Source : pxhere.com

Bruxelles, le 4 juillet 2019

La Commission a publié aujourd'hui l'édition 2019 de son rapport annuel sur l'évolution de l'emploi et de la situation sociale en Europe (ESDE). À la lumière des tendances mondiales à long terme telles que le vieillissement, la mondialisation, la transformation technologique et le changement climatique, l'ESDE 2019 est consacré au thème de la durabilité. Il montre que la lutte contre le changement climatique et la préservation de la croissance vont de pair. Il présente plusieurs options stratégiques capables de préserver la compétitivité de l'UE, de soutenir la croissance et d'en faire profiter l'ensemble de la population de l'UE et les générations futures tout en visant une transition ambitieuse vers une économie neutre pour le climat. Le rapport 2019 confirme également que l'activité économique de l'UE poursuit son expansion, atteignant des niveaux records en matière d'emploi et conduisant à une amélioration de la situation sociale.

Marianne Thyssen, commissaire pour l'emploi, les affaires sociales, les compétences et la mobilité des travailleurs, a déclaré: «Ce rapport annuel montre que la relance de l'économie européenne se confirme. Avec 240,7 millions d'Européens occupés, soit 13,4 millions d'emplois créés depuis le début de la Commission Juncker, l'UE affiche le taux d'emploi le plus élevé jamais enregistré. Le taux de chômage en Europe est historiquement bas, et le nombre de personnes menacées de pauvreté continue de baisser. Nous sommes donc dans les conditions idéales pour intensifier notre action au profit des citoyens sur la base du socle européen des droits sociaux, et cette action doit passer par une transition équitable vers une économie neutre pour le climat qui exploite au mieux les possibilités offertes par la “croissance verte”. Nous pouvons améliorer le niveau de vie de tous, à condition que l'UE et ses États membres, en collaboration avec les partenaires sociaux, investissent dans des compétences nouvelles et meilleures, dans des qualifications plus élevées et dans les services sociaux.»

La transition vers une économie neutre en carbone permettra d'accroître le nombre d'emplois disponibles et aura une incidence sur la structure du marché du travail, la répartition des emplois et les compétences requises. D'ici à 2030, elle devrait générer 1,2 million d'emplois supplémentaires dans l'UE, en plus des 12 millions de nouveaux emplois déjà prévus. Elle pourrait atténuer la polarisation actuelle de l'emploi, due à l'automatisation et à la transformation numérique, en créant des emplois également au milieu de la répartition des salaires et des compétences, en particulier dans les secteurs de la construction et de l'industrie manufacturière.

Toutefois, les effets de la transition varieront d'un pays à l'autre et d'un secteur à l'autre. Les pays doivent donc se préparer à cette transition afin de faire en sorte que les personnes travaillant à des postes, dans des secteurs et dans des régions dépendant encore de modèles à forte intensité de carbone ne soient pas laissées pour compte. Il est essentiel d'intégrer la dimension sociale dès le départ, par exemple grâce à des mesures qui apportent une aide au revenu durant la transition ou qui associent fiscalité plus élevée de l'énergie et redistribution. Le dialogue social peut également contribuer à une transition équitable en garantissant la participation des travailleurs et des employeurs.

Plus généralement, le rapport montre que, pour poursuivre sa croissance économique, l'UE devra investir dans les compétences humaines et l'innovation. Les entreprises européennes qui obtiennent les meilleurs résultats sont celles qui investissent le plus dans la formation des travailleurs et dans des conditions de travail de qualité. En effet, les investissements dans les compétences, les qualifications et la formation formelle des adultes favorisent l'employabilité des travailleurs, la croissance des salaires et la compétitivité des entreprises. Le rapport ESDE précise aussi que les investissements sociaux, tels que l'accès aux services de garde d'enfants et d'éducation de la petite enfance, améliorent la productivité et le bien-être. Grâce à des logements abordables et adéquats, les Européens peuvent tirer parti de leur potentiel sur le marché du travail et jouer leur rôle dans la société.

Lire la suite

Source : europa.eu

Laisser un commentaire
Abonnez-vous gratuitement à la newsletter
L'Europe progresse, progressez avec elle en restant connecté.