[ACTU EUROPE] La Commission européenne épingle de nouveau la dette italienne

Publié le Mercredi 5 juin 2019
L'image est libérée de droits d'auteur sous Creative Commons CC0. Source : pxhere.com

Comme attendu, Bruxelles a recommandé, mercredi 5 juin, l’ouverture d’une procédure « pour déficits excessifs au titre de la dette » à l’encontre de Rome.

Bis repetita. A l’automne dernier, la Commission européenne avait dû monter une première fois au créneau contre les projets de « budget du peuple » italien, jugeant les ambitions de dépenses publiques du gouvernement populiste – formé par le M5S (« antisystème ») et la Ligue (extrême droite) – complètement hors des clous du pacte de stabilité et de croissance. Bruxelles et Rome avaient finalement mis leur différend de côté fin 2018, la Commission ne tenant pas à attiser le sentiment antieuropéen, à quelques mois des élections européennes du 26 mai.

Le scrutin est passé, et le risque populiste a été contenu au Parlement de Strasbourg. La Commission a donc relancé les hostilités, mercredi 5 juin, avec la publication d’une étude sur la dette publique transalpine en 2018, concluant que l’ouverture d’une procédure « pour déficits excessifs au titre de la dette » à l’encontre de Rome est « justifiée ». L’an dernier, cette dette a atteint 132,2 % du produit intérieur brut (PIB), continuant à enfler, alors qu’elle était déjà sous surveillance, au niveau – considérable – de 131,4 % en 2017.

La Commission a par ailleurs constaté qu’en 2018, l’Italie n’avait pas non plus fourni l’effort « structurel » requis (réduction de ses dépenses publiques liée à des réformes), dans le cadre des règles du pacte. Il aurait dû atteindre 0,3 % de son PIB, mais Rome a choisi la relance budgétaire, avec pour conséquence un accroissement de 0,1 % de son déficit budgétaire structurel.

Lire la suite

Laisser un commentaire
Abonnez-vous gratuitement à la newsletter
L'Europe progresse, progressez avec elle en restant connecté.